AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 AM I GUILTY ? ◭ velvet/snow

tick tock, who's there ? well, this is hell for sure !






Invité
after my blood drown in alcohol
finding wonderland
Invité


MessageSujet: AM I GUILTY ? ◭ velvet/snow   Mer 1 Aoû - 13:26

❝ JE ME DEVAIS DE RÉCUPÉRER CETTE JAMBE, QUOI QU'IL M'EN COÛTE.
IL ÉTAIT TEMPS D’ÉTABLIR UN NOUVEAU PLAN. POUR LA CENTIÈME FOIS... ❞



tumblr & emilie simon ▶ my old friend

Où suis-je ? Il fait sombre ici... « Un peu de lumière s'il vous plait. » Dis-je en regardant vers le ciel. Enfin pour dire vraie, il n'y a pas de ciel. Il n'y a rien. Quand soudain un rayon éclatant vint m'assaillir en plein visage, je suis obligée de fermer les yeux, je tente même inutilement de me protéger avec mes frêles petits bras. « Pas trop de lumière tout de même. » Ce rayon envahissant disparaît donc lentement, sentant cette effervescence désagréable ne plus être présente avec moi, je me permets d'écarter mes bras et d'ouvrir de nouveau les yeux. Voilà qui est mieux. Oui, c'est parfait. La lumière est très tamisée, il fait sombre mais, suffisamment éclairé pour voir mes pieds. Il fait froid aussi. Je suis pleinement dans mon élément. Malgré tout, je ne sais véritablement pas où je suis, et ça m'oppresse. Rien ne peut m'indiquer l'endroit où je peux me trouver, pour la simple et bonne raison que je suis entourée du néant. Serais-je au centre d'un grand trou noir dans l'espace, sans même le savoir ? Curieux, de plus en plus curieux. cf alice au pays des merveilles de lewis caroll Quand soudain, j'entends des voix, des rires plus précisément, je décide donc de me laisser guider par ces murmures et avance droit devant moi. Sans me retourner, je m'enfonce de plus en plus dans les abysses, comme l'avait fait Orphée dans sa descente aux enfers pour retrouver sa chère et tendre Eurydice. cf référence au mythe d'orphée et d'eurydice. Sauf que moi, et bien, je ne cherche rien, ni personne, en particulier. Je veux juste savoir à qui appartiennent ces voix. Puis, je tombe à nez à nez sur une grande porte en bois, à moitié ouverte. L'ouvrir ? Ne pas l'ouvrir ? Telle est la question. Shakespeare, au lieu d'inventer de telles expressions inutiles, ne pourrais-tu pas plutôt me conseiller ? cf référence à hamlet de william shakespeare. Je pousse un long et interminable soupire en voyant que personne n'allait m'aider à faire mon choix. Je n'y peux rien. Je suis curieuse. Je pose alors doucement ma main sur la poignée pour ouvrir complètement cette porte et y découvrir ce qu'elle y cache. Je me retrouve alors dans un des jardins qui se trouvent tout près du château de la reine blanche. Mais, ce jardin-là, je le connais que fort bien puisque c'est mon lieu préféré à Wonderland. Accompagné de ces voix féminines, je peux entendre le bruit des tasses qui se cognent contre le service à thé, les cuillères qui frôlent l'intérieur en porcelaine des soucoupes. Je peux même sentir les différents arômes de thés, ainsi que les parfums enivrants des gâteaux à la carotte et des génoises à l'orange, tout juste sortis du four. Je me retourne donc doucement et je fais face à moi-même. Non-sens ! cf alice au pays des merveilles de lewis caroll. Je me vois en train de boire du thé, à sourire très faiblement comme je l'ai toujours fait, je me voyais en train de bavarder, tout simplement. Et qui vois-je à mes côtés ? Velvet. Je vois. Je comprends à présent. Je suis en train de rêver. Je rêve à Wonderland, quelle ironie. Mon esprit a décidé de vagabonder encore dans les méandres de mon passé. Je me souviens de cette journée. Comme nous avions l'habitude de le faire, Velvet et moi prenions toujours le thé à dix-huit heures dans ce jardin. Nous discutions de choses et d'autres mais, tout prit fin durant cette journée. Soudain je n'étais plus dans le jardin, mon autre moi n'était plus là non plus. Il ne restait plus que Velvet en face de moi. Ma chère amie aux cheveux de feu était au sol, repliée sur elle-même, en position foetal. Je pris mon courage à deux mains, et m'approche doucement d'elle. Je tends ensuite ma main pour pouvoir la toucher mais, elle disparaît aussitôt, et c'est une jambe ensanglantée qui la remplace. Je laisse ma culpabilité et ma peine prendre le dessus, quelques larmes m'échappent et tombent sur le sol comme le feraient des flocons de neige. Je m'effondre au sol dans une rivière de sang, je vois que la reine blanche me fixe et me sourit sournoisement. « Snow, veux-tu une tasse de thé ? » Me murmura la souveraine de l'ouest de Wonderland. Exactement ce qu'elle avait fait ce jour-là quand elle avait brisé mon amie. Je vois aussi qu'elle tient quelque chose dans sa main : La jambe de Velvet.

Je me réveille en sursaut, je tente de reprendre le contrôle sur mon rythme cardiaque ainsi que sur ma respiration. Mais, rien à faire, je garde encore cette sensation de noyade dans cette rivière de sang, cette horrible impression. Et le visage odieux de cette reine qui continue de me hanter... C'est après plusieurs longues minutes que je redevenais Snow, que je redevenais la princesse des glaces comme tout le monde aime m’appeler. Je me mis à fixer avec intensité les engrenages de mon horloge. Que signifiait ce rêve, ou plutôt ce cauchemars ? Il voulait dire deux choses. La première était le fait que Velvet me manquait atrocement. La deuxième ? Je me devais de récupérer cette jambe, quoi qu'il m'en coûte. Il était temps d'établir un nouveau plan. Pour la centième fois...

J'avais passé toute ma matinée à réfléchir à ce plan. Oui, il pourrait marcher. Oui ça allait marcher. Je me trouvais à présent à faire les cent pas, à faire des allés et retours sans m'arrêter dans le jardin des rêves. Là où toute cette histoire avait commencé. Quand soudain, quelqu'un me força à me stopper; cette personne se trouvait en effet sur mon chemin. J'entendis ensuite des tic et des tac, je les reconnaissais. Ces sons n’appartenaient qu'à une seule personne. « Velvet ? » Dis-je en relevant immédiatement la tête. Je restais sans voix face à la froideur de son regard. Elle ne m'a toujours pas pardonné pour ma lâcheté. Ce qui est normal... « Velvet ! J'ai de nouveau un plan pour récupérer ta jambe ! » Dis-je alors aussitôt avec un faible sourire. Oui, cette fois-ci, ça allait marcher, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
after my blood drown in alcohol
finding wonderland
Invité


MessageSujet: Re: AM I GUILTY ? ◭ velvet/snow   Ven 17 Aoû - 4:05



Tu t’étais retrouvée là sans vraiment savoir pourquoi tu étais sortie en premier lieu. Tu avais la vague impression que Blue t’avais demandé quelque chose, mais bizarrement, aujourd’hui, cela t’était complètement sorti de la tête. Tu avais surtout bien besoin de sortir de la sirène mutilée, t’éloigner de toutes ces jolies filles qui dansaient si bien, tu voulais juste t’éloigner de tous ces souvenirs qui te faisaient souffrir. Tu voulais les soustraire à ton regard, et ce avec parfois tellement de force que cela te faisait peur. Tu voulais qu’elles disparaissent, ces jolies danseuses, rayonnantes sur scène et qui faisaient tourner les têtes. Tu les voyais là où tu étais deux ans plus tôt, et ça te tuait. Ça te tuait tant et si bien que tu éprouvais une haine difficilement contrôlable envers elles. Et évidemment, elles n’en avaient pas la moindre idée et elles continuaient à danser sans se douter une seule seconde du monstre qui grondait en toi. La jalousie rongeait ton être et bien que tu en sois consciente, il n’y ait rien que tu puisses faire pour y remédier. Ces danseuses resteraient là, que tu le veuilles ou non, pour le bien du cabaret. Toi, évidemment, tu serais d’avis qu’il serait mieux sans, mais tu te mentirais à toi-même. Tu sais comme tu avais apprécié danser devant tous ces gens, pour ces quelques hommes qui avaient réclamé que tu danses pour eux. Tu savais quelle sensation cela faisait, et tu espérais sincèrement qu’un moins une de ces filles la connaissait aussi. Tu voulais qu’elles dansent parce qu’elles aimaient ça, pas parce qu’elles y étaient obligées d’une façon ou d’une autre, parce que c’était leur travail. Ça n’avait jamais été une corvée pour toi. À vrai dire, tu adorais ça, et c’est cette passion que Blue avait vu en toi, c’était cette passion qu’il aimait. Passion désormais décuplée par le désir de danser à nouveau, maintenant que tu es restreinte à vendre des boissons et à administrer le bar avec Blue. Seulement, pour toi, ce n’était pas une augmentation, loin de là. Ta place était sur scène, et tu ne te sentais bien nulle part ailleurs.

Tu en voulais affreusement à la Reine Blanche. Tu lui avais toujours été loyale avant l’incident, étant même sa petite protégée, mais désormais, tu ne pouvais que la détester pour ce qu’elle te faisait endurer. En plus de la perte de ta jambe, elle te faisait du chantage, et tu n’en pouvais plus. Tu as demandé de l’aide à beaucoup de gens pour retrouver ta jambe, et tous sont parfaitement inutiles. Pas que tu ne les apprécies pas. Simplement, le fait est là : tu as toujours ta jambe de fer qui fait tic-tac et ta vraie jambe est toujours en possession de la Reine Blanche, inaccessible. Alors, tu sors, en douce, informer la marâtre sur ton patron et sur la Sirène Mutilée, plutôt partagée quant à tes sentiments. Si tu ne peux plus y danser, tu ne vois pas pourquoi tu serais triste que la Reine Blanche fasse couler (sans mauvais jeu de mot) la Sirène Mutilée. Cependant, c’était la fierté de Blue, et tu ne voulais pas vraiment écoper de sa colère et de sa détresse. Tu avais déjà assez de détresse en toi pour deux. Et puis, tu étais supposée l’aider, et non pas lui nuire. Voilà pourquoi tu administrais le cabaret avec lui. Tu le comprenais, et tu savais que c’était ce que tu voulais. Tu t’en voulais toujours atrocement lorsque tu allais voir la Reine Blanche, qui jubilait de voir son chantage fonctionner à merveille. Tu n’y pouvais rien. Tu la voulais, cette foutue jambe, et même si Blue retardait un peu l’échéance, tu l’aurais un jour, coûte que coûte.

Il y avait une personne qui voulait t’aider à retrouver ta jambe, mais que tu n’appréciais pas pour autant. Il y avait une personne à qui tu en voulais atrocement pour quelque chose qu’elle aurait dû faire qui aurait pu t’épargner la perte de ta jambe. Il y avait une personne qui essayait désespérément de se racheter à tes yeux, mais qui essuyait des échecs à chaque fois. Il y avait une personne qui s’en voulait aussi que tu aies perdu ta jambe. Et tu venais de la croiser, cette personne. Tu la regardais arriver, le tic tac de ta jambe accompagnant ses pas, et tu ne bougeais pas. Les bras croisés, le regard froid, tu la regardais comme elle t’avait regardé sans rien faire lorsque la Reine Blanche t’avait coupé la jambe. « Velvet ? Velvet ! J’ai de nouveau un plan pour récupérer ta jambe ! » Oh joie, oh bonheur. Tu en roulerais presque des yeux si tu ne voulais pas avoir l’air encore plus en colère que tu ne l’étais déjà. Tu savais très bien comment tout cela finirait. Tu finirais encore plus blessée qu’au départ, blessée d’avoir cru que ça marcherait, blessée d’avoir pensé une seule seconde qu’elle pourrait retrouver ta jambe et enfin te permettre de danser à nouveau.

« Oh, c’est vrai ? Et qu’est-ce que c’est, cette fois ? On va jeter une pièce dans l’étang qui réalise les vœux ? On va demander à toutes les bestioles de Wonderland de distraire la Reine Blanche ? On va s’introduire dans son château ? On va aller lui proposer un thé, histoire de pouvoir lui arracher le cœur, enfin si elle en a un ? Franchement Snow ! Ça ne marchera pas, je pensais que tu l’avais compris depuis les dernières fois ! »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

AM I GUILTY ? ◭ velvet/snow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-