AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 LEVIS&CHESHIRE ❧ the creatures of snow

tick tock, who's there ? well, this is hell for sure !






after my blood drown in alcohol
avatar
I was the quiet heart
finding wonderland
I was the quiet heart

arrivée à wonderland : 19/06/2011
folies déblatérées : 619
miroir : Holland Roden
crédits : (c) vid
âge du personnage : Une vingtaine d'année en apparence.
lieu de vie : ucei
phrase fétiche : ucei
mushrooms : ucei
j'aime : ucei
je n'aime pas : ucei
disponibilité : disponible pour deux sujets.
Age : 21

MessageSujet: LEVIS&CHESHIRE ❧ the creatures of snow   Mer 22 Aoû - 3:17




« My head is an animal »

Le sang. Rouge. Il coule à flot, et elle ne pouvait pas l'arrêter. Il était toujours plus rouge, toujours plus abondant. Toujours là, à s'incruster sur ses vêtements, à s'immiscer dans son cœurs, passant dans chaque veine, dans chaque vaisseau. Le sang d'un autre innocent qui s'ajoutait sur ses mains, loin d'être immaculées. Elle entendait leur cœur battre la chamade, elle les voyait se diriger vers la perdition, vers sa propre perdition, celle qu'elle a dû empêcher. Miraculée de l'enfer, ils ne seraient pas tous aussi chanceux. Et alors qu'ils arrivaient aux portes de l'asile, elle leur assénait un coup qui les assommerait suffisamment longtemps pour qu'elle puisse les tirer à l'intérieur. Elle utilisait les couteaux qui avaient servis à faire ses propres cicatrices. Sans aucun regret. Sans aucune raison. La pure folie qui l'avait attirée dans ses filets. Cruelle réalité qui l'avait piégée. Elle qui avait toujours fait de son mieux. Peut être était-ce une punition, un châtiment pour toutes ces fois où elle s'est enfuie, et qu'elle n'aurait pas dû ? Ces moments où son corps lui hurlait de disparaître et où son esprit s'autorisait à contredire ses instincts primaires. L'être humain est une énigme, un mystère à lui seul, puisqu'il est un des rares qui puisse être un total paradoxe à lui seul. Elle ne comprenait plus et le voyait plus les choses de la même façon. C'était comme si un voile flouté l'empêchait de distinguer tout ce qu'il y avait autour d'elle aussi clairement qu'elle y parvenait auparavant. Tout avait bien changé. Les miracles n'étaient plus que des lueurs d'espoir et le monde était beaucoup plus noir, plus violent. Ce n'était plus les bruits de pas qui arrivaient dans son dos qui l'effrayait. C'était son propre reflet dans le miroir, cet instant précis où elle réalisait qu'elle faisait partie des mauvais. Elle représentait elle aussi, de loin, la terreur dans les yeux des habitants du pays. Mais ceci n'était valable que pour ceux qui ont séjournés à l'asile ou qui y séjourne encore à cause de sa perte de contrôle. Une bonne partie la considérait comme une traître. Un assassin. Une meurtrière sans cœur qui méritait le pire traitement possible. Et c'était devenu sa destinée. Son présent, et son avenir. Il n'y avait plus d'espoir. Plus de lumière au bout du chemin. Ce n'était que des foutaises.

Elle frottait le tissu de sa robe blanche frénétiquement. Le regard désespéré. Comme si enlever ces tâches de sang pourrait l'aider à aller mieux. Pourrait la guérir, et pouvait effacer ce qu'elle venait de faire. Elle y voyait toute une métaphore en réalité. En lavant la robe, elle se lavait de ses péchés. Elle redécouvrait l'humanité, et les sentiments. Le premier qui l'assaillait étant la tristesse. Parce qu'elle avait détruit une autre vie. Condamné une autre personne. Alors pour s'empêcher de craquer, elle frottait, pour laver sa propre âme.

Elle avait fait des choses dont elle n'était pas fière. Avoir trahi Levis était en haut de la liste. C'était son ami. Depuis toujours. Depuis la création même du pays des merveilles. Ils étaient là avant tout les autres, et quand il a eu besoin d'elle, elle l'a trahi. Son esprit était trop embrouillé pour penser correctement, et elle avait pensé qu'il lui voulait du mal. Elle ne savait plus rien et aujourd'hui, tout était brisé. Ils n'étaient plus que des âmes solitaires, voguant séparément, alors qu'ils étaient comme frère et sœur. Une fratrie unie, une famille inoubliable, voilà ce qu'ils étaient, et qu'ils ne seraient jamais plus. Perdus entre la vie et la mort, errant au gré du vent. Malheureusement, elle avait toujours peur. Peur de lui. Peur qu'il ne comprenne pas. Peur que la douleur devienne insoutenable, tout comme la culpabilité. Comme pour répondre à ses craintes, il apparu. Brisé. Et tout ce qu'elle fût capable de penser était que c'était de sa faute si il était comme ça. L'ombre de ce qu'il a pu être. Sans s'arrêter de frotter, et sans lâcher le tissu des yeux, la voix tremblante, elle rompit le silence. « Levis. Quelle étrange surprise. »

________________________________

Seven devils all around me
Holy water cannot help you now. Thousand armies couldn't keep me out. I don't want your money, I don't want your crown, see I've come to burn your kingdom down. And no rivers and no lakes can put the fire out, I'm gonna raise the stakes, I'm gonna smoke you out. Seven devils all around you, seven devils in your house. See I was dead when I woke up this morning, I'll be dead before the day is done.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
after my blood drown in alcohol
finding wonderland
Invité


MessageSujet: Re: LEVIS&CHESHIRE ❧ the creatures of snow   Mer 22 Aoû - 22:51




« The sunshine reminds you of concreted skies.
You thought you were flying but you opened your eyes,
and you found yourself falling back to yesterday's lies.
Hello, pleasant street, you know she's back again.
You wheel, you steal, you feel, you kneel down »



Sanguinolente harmonie s'emparant de son esprit, pétrifiante projection éclaboussant son être. Levis était figé. Son regard ne pouvait s'empêcher de fixer l'eau, qui se déversait le long des tristes berges du sud du Pays des Merveilles. Il était hypnotisé par le glaçant (et paradoxalement apaisant) silence émanant des lieux. Le lac des larmes. Cet endroit lui ressemblait. Muet théâtre des horreurs causées par la mort du Sad hatter, dans lequel seuls de rares spectateurs osaient s'aventurer. Âmes tourmentées en quête de réponses. Êtres reclus cherchant à ce que la solitude puisse vaincre la traque dont ils sont les victimes. Fantaisistes nostalgiques amoureux de la beauté fanée du Pays des Merveilles … Levis les représentait, tous. Il marchait dans les sombres et dangereux chemins de ce qui était sa vie, l'esprit embrumé par d'absurdes questions, qui n'avait pas de réponse. Il s'évadait dans ses pensées dans le but de sombrer dans une solitude, de laquelle il ne pourrait plus sortir. Il tentait de ne jamais oublier ce qu'avait été le Wonderland. Pourtant, malgré ses inavouées tentatives d'oublier, la réalité ne cesser de le rattraper. Elle le poursuivait, accompagnée par de meurtrières représentations d'un Pays des Merveilles fatigué, estropié ; un refuge mutilé. Par la douleur. Par la folie.

Soudainement, il se mit à avancer. Sans vraiment savoir où ses pas allaient le mener. Il s'en moquer. Seul, brisé, il s'aventurait dans le lugubre présent, témoins visuel des sinistres mensonges du passé. Jamais n'aurait-il pensé à se retrouver face à … Cheshire. Il s'approcha, silencieusement.

« Levis. Quelle étrange surprise. » Le visage de Levis se déguisa d'un sourire menaçant. Il disparu rapidement. Il s'approcha de nouveau, trainant derrière lui l'ombre d'un temps qu'ils avaient partagé. Les images de cet éternel souffrance s'engouffraient dans ses pensées. L'asile. Les cris, les hurlements, les pleurs, la peur, les blessures, les promesses, les départs, la longue attente d'un retour qui ne vint jamais … Levis sombrait dans un tourbillon d'images, de sentiments, qui se nourrissait du dégout qu'il éprouvait envers ses propres souvenirs. Il prit sa tête entre ses mains, cherchant à faire taire l'effrayante symphonie qui résonnait en continue, telle une nouvelle torture qu'il devait subir. Comment pourrait-il vivre en dehors de ces moments, qui s'étaient affichés à la surface de son corps meurtris ? Comment pourrait-il survivre face à cette réalité, qui ne cherchait qu'à le blesser, jusqu'à ce qu'il soit emporté par un ouragan d'obscurité ?

« Aurais-tu peur ? Ta voix tremble … » fit-il remarquer, soudainement, tout en se figeant aux côtés de son ancienne partenaire de tristesse, son ancienne amie. Lentement, il attrapa son bras. « C'est trop tard. Notre sang est incrusté sur tes mains, Cheshire. » Il s'incluait dans les victimes. Se tuer le temps d'une parole, le temps d'un discours …

Des larmes se mirent à couler de long de son visage opalin, sur lequel la douce lueur d'une étrange source lumineuse dansait. Il regarda le sang, détruisant la pureté de la blancheur éclatante de la robe que son interlocutrice portait. Il l'admirait, brillant dessin carmin, se baignant dans l'eau du Lac des Larmes, s'évaporant dans les profondeurs de l'éclatante lagune. Ses larmes cessèrent rapidement. Il lui adressa de nouveau un sourire, qui, étrangement, apparaissait comme chaleureux. Il n'en était rien.
You can't kill me, I'm already dead …
Revenir en haut Aller en bas
after my blood drown in alcohol
avatar
I was the quiet heart
finding wonderland
I was the quiet heart

arrivée à wonderland : 19/06/2011
folies déblatérées : 619
miroir : Holland Roden
crédits : (c) vid
âge du personnage : Une vingtaine d'année en apparence.
lieu de vie : ucei
phrase fétiche : ucei
mushrooms : ucei
j'aime : ucei
je n'aime pas : ucei
disponibilité : disponible pour deux sujets.
Age : 21

MessageSujet: Re: LEVIS&CHESHIRE ❧ the creatures of snow   Mer 29 Aoû - 1:36




« You don't want to hurt me, let's see how deep the bullet lies. Unaware that I'm tearing you asunder, there is thunder in our hearts. So much hate for the ones we love. Tell me, we both matter, don't we ? »

Symphonie des sens, et incapacité à tout comprendre, à tout mélanger. Un casse-tête impossible à résoudre, comme si il refusait de céder, et que nous continuions d'essayer malgré tout, puisqu'il est là et que quelqu'un doit bien s'en occuper. On joue, pendant des heures, comme si cette énigme pouvait nous apporter la paix ou la sérénité. On supplie n'importe quelle entité de nous aider à contrôler cette peur au fond de nous de tout rater, de ne pas réussir à se battre comme on l'aurait souhaité. Le chaos ne nous va pas. Il est trop brutal et trop violent comme punition. On refuse de l'accepter, parce que c'est lui qui est à l'origine de nos peines et de notre colère. On décide de l'abandonner dans un coin, en espérant qu'il cessera de sévir un jour. On ne le prend parfois même pas au sérieux, persuadés que la race humaine sera assez compétente pour le faire taire. Mais le chaos n'est qu'une drogue, un long poison qui ne peut pas disparaître aussi facilement que cela. On oublie qu'il est fort, et qu'il nous contrôle. Il nous contrôlait, dans ce pays des merveilles déchu, transformé en pays des cauchemars pour les besoins de l'ordre. On ne peut changer le passer, et on ne peut effacer nos erreurs. C'est pour cela que le chaos subsiste, encore et toujours, prêt à nous prouver qu'il n'est pas que passager. Prêt à montrer qu'il se battra comme nous, comme une entité déchaînée et insoutenable que même la force du vent ne pourra balayer. Il a pris racine et a commencé à implanter sa graine dans de multiples individus morbides et immoraux. Il les a laissé pourrir, et il me laissait pourrir moi aussi, œuvre de la destruction et de sa puissance. Infâme trahison qui m'avait coûté la peine capitale à ses yeux.

Je n'avais plus rien. Plus rien ne m'appartenait, je n'étais qu'une fille errante, guidant les nouveaux venus dans un monde qui était bien plus dangereux que celui dont ils venaient. Celui que j'avais un jour habité, mais dont j'avais oublié la saveur, sans jamais pouvoir me rappeler qui j'ai été, sans pouvoir me rappeler de l'existence que j'y ai mené, excepté mon prénom. C'était la seule chose que j'avais pu conserver. La mort, de son tic-tac incessant, m'avait rappelé qu'elle m'attendait ici, et m'avait aussi rappelé ce qu'elle attendait de moi. Mission que j'avais quelque peu oubliée. Noyée entre le changement et la déloyauté.

« Aurais-tu peur ? Ta voix tremble... ». Nous étions amis auparavant. Les meilleurs. Des millions d'instants où nos rires se cristallisaient dans un ciel de souvenirs. Puis le temps est passé, dévastateur, il a tout ravagé, nous laissant comme deux pauvres idiots inconscients et torturés. Malheureux comme les pierres. Quand je l'ai revu à l'asile, j'ai d'abord cru à un mirage. Mais les voix qui s’immisçaient dans ma tête m'ont dit qu'il n'était plus comme avant, qu'il me ferait du mal, que je devais l'utiliser. Elles hurlaient et griffaient mon crâne avec des couteaux tellement tranchants que je devais maintenir ma tête entre mes mains. Il attrapa mon bras, lentement, comme un fantôme. Une illusion à peine présente qui ne pouvait pas appartenir au monde des vivants. J'avais peur de lui. J'avais peur de ce que j'avais osé lui faire. « C'est trop tard. Notre sang est incrusté sur tes mains, Cheshire. ». Des larmes coulèrent sur ses joues, perles brillantes cherchant un moyen de s'échapper. D'échapper à la torture. Il observa ma robe, couverte de sang, et je fis de même. Me rappelant des implorations, de chaque moment où ma victime a tenté de m'empêcher de l'emmener vers l'asile. Alors que des larmes se formèrent à l'intérieur de mes yeux, et que je tentais désespérément de les retenir, celles de mon ami séchèrent et disparurent aussi rapidement qu'elles avaient pu apparaître. « Je suis tellement désolée, Levis. Je ne savais pas ce que je faisais. Je ne savais plus qui tu étais, ou à qui me fier. Je t'aurai aidé si je l'avais su. »

And if I only could, make a deal with god, I'd get him to swap our places. Be running up that road, be running up that hill, be running up that building.
If I only could.

________________________________

Seven devils all around me
Holy water cannot help you now. Thousand armies couldn't keep me out. I don't want your money, I don't want your crown, see I've come to burn your kingdom down. And no rivers and no lakes can put the fire out, I'm gonna raise the stakes, I'm gonna smoke you out. Seven devils all around you, seven devils in your house. See I was dead when I woke up this morning, I'll be dead before the day is done.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
after my blood drown in alcohol
finding wonderland


MessageSujet: Re: LEVIS&CHESHIRE ❧ the creatures of snow   

Revenir en haut Aller en bas
 

LEVIS&CHESHIRE ❧ the creatures of snow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Levis x caniche gris moyen (dept 42) ADOPTE
» Dessin de Snow'
» Présentation de Dark'Snow Day
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Just follow the Cheshire cat... {Close 3/3 }

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-